Posts Tagged ‘Soirée’

7/01/2012 – Soirée Bondage informelle à la Matronne

Asdrubael organise ce samedi une soirée Bondage informelle à la Matronne à Toulouse.

Le but est de se rassembler dans le club pour faire du Bondage, apprendre des trucs et astuces, s’échanger des savoir-faires et voir comment font les autres. Il y aura à peu près autant de modèles que de bondageurs.

Entrée: 30€

Share

21/09/11 – Toulouse Munch n°6

Asdrubael et moi participerons au Munch n°6!

C’est ce 21 septembre que reprennent les activités de Toulouse-Munch.
Le prochain diner-débat aura lieu à la Matronne au tour d’un buffet à partir de 19h30 jusqu’à 23h.
L’adresse de la Matronne est:
12 rue François Verdier
31830 Plaisance du Touch

Le thème de départ sera: « 24/7, le BDSM peut-il être un mode de vie? »

Le tarif pour ce buffet sera de 15€ par personne.

Share

21/01/2011 – Munch n°3 – Toulouse

Le Toulouse Munch n°3 se tiendra à 19h au Bistro Crampel: 7, avenue Crampel à Toulouse.

Ce sera un dîner-débat ayant pour thème « le BDSM et vôtre entourage »; vôtre famille est-elle au courant? Comment gérer-vous cet aspect de vôtre vie au niveau de vos amis et de vôtre famille? Etc…

Pensez à vous inscrire via le calendrier sur le site http://tls-m.fr pour la réservation du restaurant!

Asdrubael et moi serons bien entendu présents.

Share

Soirée toulousaine

Jeudi 24, nous nous sommes rendus Asdrubael et moi, dans une villa toulousaine appartenant à Maîtresse Shanna.

Nous avons très bien été reçus et quelque peu en avance, nous avons eu droit à des rafraîchissements dans un salon confortable en compagnie d’un premier soumis qui été venu quelques fois auparavant.

Une fois tous les autres invités arrivés, nous sommes passés à table sur la terrasse pour un apéritif dînatoire.

Un feu de la St Jean avait été préparé et, amusement de la soirée: du vinyle a été brûlé!

Après le repas, tout le monde s’est changé sauf nous qui étions déjà en tenue de soirée: chemise, pantalon de cuir et bottes pour Asdubael et low boots, tregging cuir, corset dentelle et veste dentelle pour moi. J’avais bien entendu mon collier et nous étions tous deux chapeautés.

Je ne donnerai pas plus de détails sur le déroulement exact de la soirée que de photos: c’était une soirée privée et, de telles choses seraient à mon sens malvenues!

Le fait est simplement que tout le monde s’est amusé, qu’il y avaient soumis et Maîtresses, soumise et Maître, un maître des fouets et une assistante!

Que nous avons été exceptionnellement bien reçus et que la soirée s’est déroulée d’une façon qui m’a rappelée les soirées de mes débuts… Il y a une dizaine d’années.

Chacun s’est amusé et c’est avec plaisir que nous avons dégusté des gâteaux accompagnés de champagne pour clore la soirée.

Trop tôt pour se dire que nous sommes « amis pour la vie » mais ce fût vraiment agréable de ne pas faire des centaines de kilomètres pour être reçus comme dans une vague boîte de nuit, le glauque en plus, le buffet rassis et rester debout!

Toute ressemblance avec des récits que j’ai pu faire de soirées préalables sont purement fortuites!

Maîtresse Shanna est une hôtesse de premier ordre, telle que l’on n’en fait plus, une maîtresse-femme et une femme-maîtresse dont beaucoup devraient suivre l’exemple… Mesdemoiselles, lorsque vous souhaiterez devenir des Dames…! Dame de cœur et de pique, de fouet et de pinces…

Maîtresse d’elle-même comme de sa « petite troupe », il est très rassurant d’être en sa compagnie puisque l’on a la sensation que tout débordement sera sévèrement réprimandé.

Un « merci » suffit-il?

-Ça me paraît léger, je ne dirais rien…

Un excellent souvenir donc, que je n’ai pu consigner auparavant puisque je suis toujours auprès d’Asdrubael et qu’en sa compagnie, l’article quotidien (ou presque) n’est plus de mise!

Share

En cette fin de semaine…

En ce milieu de semaine, je vais donc me rendre chez Asdrubael à Toulouse pour 2 choses particulières!

La première pourrait s’assimiler à une occupation « professionnelle », Asdrubael est chef d’entreprise et je vais user de mes dons et autres prédispositions naturelles afin de l’aider ou le seconder dans sa tâche.

Il est amusant de voir notre complémentarité à l’œuvre et ce dans tous les domaines!

Personne ne se marche sur les pieds étant donné que chacun maîtrise son champ et que nous partageons les mêmes idées.

L’impression d’avoir un cerveau complet à deux.

Peut-être collaborerons-nous officiellement plus tard… Pour l’instant, c’est juste un coup de patte de ma part.

Ensuite, jeudi, nous allons participer à une soirée privée toulousaine.

Pour l’instant, je ne mentionnerai rien étant donné que j’ignore si je peux citer des noms ou pas mais il est convenu que nous nous rendions à une adresse où une personne reçoit ses amis dans un endroit complètement aménagé en donjon avec moult décoration et accessoires.

J’ignore encore si je rentre chez moi dimanche soir ou lundi au matin… J’ai oublié d’en discuter!

Share

Asdrubael & Bondless vont au vernissage de Marc Sainteul

Asdrubael est en w.end prolongé avec moi et en dehors de nos activités courantes nous sommes allés, samedi 5 juin 2010 au vernissage de l’exposition de Marc Sainteul à Rodez: « Fragments ».

C’est un peintre/sculpteur/photographe et bien d’autres qui œuvre en Aveyron et qui est lié à la sphère BDSM.

Autant c’est évident quand on le sait, autant cela peut passer pour « simplement » de l’art. Ce n’est pas commun d’être explicite sans pour autant être complètement démonstratif et c’est là toute la finesse de l’exercice.

Nous l’avions déjà rencontré lors d’un contexte différent cet hiver.

C’est quelqu’un de très ouvert et lisible à la fois, empreint d’une aura de mystère pleine d’idées entendues.

De près de loin, son œuvre est à son image, comme un objet sur lequel on n’arriverait pas à faire le point. On voit, on comprend mais, on sait qu’il y a quelque chose d’insaisissable; comme un secret d’atelier.

C’est aussi quelqu’un qui sait se faire abordable, autant on peut faire l’acquisition d’un tableau pour une belle somme, d’un dessin ou encore d’une œuvre numérique pour trois fois rien; personne n’est oublié car là aussi tout est affaire de pouvoir. Acheter, posséder pleinement ou non.

Intègre jusqu’au bout du cadre!

Share

Bondless revient…

icone-collier… à Toulouse en compagnie d’Asdrubael et de Mr Vice dans un nouveau road movie qui a débuté vers midi après une douche et après avoir quitté l’hôtel, après que mon Maître m’ait remis mon collier en cuir autour du cou qui s’est assoupli, comme par magie, à force de le porter.

Jour 2

Je grimpe sans la moindre honte à l’arrière, c’est ma place et je m’étale voluptueusement, me servant de mon long manteau comme d’une couverture…

Les doms ont toujours chauds, moi j’ai plutôt froid alors je prévois toujours de quoi ne pas être frigorifiée!

Plusieurs arrêts, plusieurs sommeils interrompus pour moi, quelques massages pour Asdrubael…

Et vers 16h, nous voici à Toulouse, après quelques arrangements, il est décidé que nous passerons la soirée tous les trois chez mon Sadique.

De verres non alcoolisés en cigarettes, nous dînons et là, c’est le drame!

Voilà qu’on me « prête » à Mr Vice le temps d’une fessée ou deux, voilà qu’Asdrubael me punit ensuite de m’être « vengée »: les mains appuyées sur le rebord du plan de travail dans la cuisine, jambes écartées, deux fessées de chaque côté, douloureuses sur cet endroit toujours très froid chez moi…

On ne fesse pas Mr Vice même pour rigoler… D’accord… Mais je risque d’oublier!!

Deux doms contre une soumise c’est pas du jeu!

Et puis de jeu, nous sommes passés à une petite séance de Kinbaku, partage de connaissances, j’ai subi 4 Ushiro takate kote et petit challenge pour moi: me libérer sur la première phase qui consiste à lier les mains.

Je sais complètement rentrer mes pouces et presque mes auriculaires sous le reste de ma main et j’arrive donc à jouer les Houdini!

Ça a été drôle de les voir dépités mais, pour le reste de la figure, c’est plus complexe de se libérer, j’y suis pourtant arrivée!

C’était juste pour rire, et j’ai aussi su reprendre mon sérieux en tant que modèle.

Être entre amis/amants c’est une chose, participer à un échange de connaissances en est une autre!

Et puis il y a eues des variantes, liant les jambes.

Pour cette séance j’étais habillée, tous deux ont constaté que ça n’avait rien de pratique… J’imagine qu’il va falloir enlever 2-3 choses la prochaine fois.

La conclusion de tout cela?

Il va falloir que je récupère ma souplesse d’antan; être modèle pour kinbaku demande un minimum de bonne condition physique et je peux franchement m’améliorer sur le sujet.

Comme mon collier, je dois m’assouplir!

Share