Posts Tagged ‘Rencontre’

De par le passé…

Je suis quelqu’un de nostalgique.

Parfois, je repense au passé.

Dans ce passé il y a une lettre: M.

Le blog que j’avais écrit à l’époque existe toujours. Dans une boîte chinoise, j’y ai toujours le bijoux/collier qu’il m’avait offert ainsi qu’à son insu, 3 cheveux dans un papier de soie.

A l’époque, je croyais vivre quelque chose de grand avec un type qui me parlait tous les 2 ou 3 jours et qui se révélait impuissant à se servir de moi et à m’aider.

Il a tout fait pour que je lui fasse confiance.

Je ne sais plus tellement combien de temps à duré ce jeu-là mais en fouinant là où je n’aurais pas dû, j’ai découvert de bien vilaines choses.

Sous des gentillesses et une assurance de soi telles que j’ai cédé, il y avait pour lui un double voire un triple jeu.

Tout le monde m’assurait que c’était un « Maître » avec la majuscule mais après coup, il est plutôt minuscule.

Au point de m’envoyer un sms des mois après à une date qui avait peut-être pour but de faire écho, sans qu’on ne se soit plus jamais adressé la parole auparavant.

J’ignore en quels termes il peut penser à moi puisqu’il a dit avoir des pensées pour moi.

Moi, quand j’y pense, je me demande à quel point j’ai pu être aussi stupide.

A quel point j’ai fantasmée plus que vécue cette relation, qui n’en mérite peut-être même pas le nom.

Il n’a rien fait de ce qu’il a dit et encore moins son histoire de préavis, d’explication.

Possédée telle que je l’étais, cela a été terrible même si quelque part, j’ai bien cherché à mettre un terme à cette histoire. Je me suis excusée, il ne les a pas acceptées, fin de l’histoire avec des mots très moches de sa part au milieu.

Il y a bien longtemps que j’ai fait un déicide à son encontre mais cela me laisse un arrière goût de… glauque.

Méfiez-vous des contrefaçons et demandez toujours des preuves de ce que vous avancent les gens!

Share

Bondless passe l’après-midi avec…

ritsukaAsdrubael!

Avec une heure de retard indépendante de ma volonté, c’est autour d’un verre que tout commence.

Dans un salon de thé que ça se poursuit et, chez lui que ça se termine.

La discussion, pas la peine d’en faire état c’est pas comme si on ne se parlait pas sur Skype depuis un moment! Il n’y a plus à discuter, il y a à agir!

Il était question de bondage, mon envie d’apprendre à le faire et il fallait bien passer par la case « essayer ».

En moins de 5 minutes, à mon grand étonnement, je me suis retrouvée nue, non pas la corde autour du cou mais au-dessus des seins!

J’avoue avoir été de prime abord gênée, mais une phrase d’Asdrubael a tout changé c’est « être habillée de cordes ».

J’ai donc attendu patiemment qu’il m’habille!

Si au début la sensation d’être ainsi vêtue m’a laissée indifférente c’est au fur et à mesure et surtout une fois que tout a été dénoué que j’ai regretté de ne pas rester ainsi.

Seul le haut du corps était vraiment concerné par le bondage et les mouvements, comme la respiration pouvaient légèrement être affectés par les cordes.

Je m’y suis vraiment habituée très vite en fin de compte, j’imaginais être rétive, y mettre mon grain de sel mais pas du tout, j’ai plutôt été docile.

Comme on ne pouvait pas en rester juste là, j’ai découvert d’autres choses par la suite: comme la roue à pics et recevoir des coups de fouet!

En donner, ça, j’avais déjà fait de par le passé mais, recevoir c’est tout autre chose!

Et vient se mettre dans le jeu la résistance à la douleur… Et une curiosité grandissante de ma part sur ce sujet.

Cet instant où une sensation supportable devient insupportable et fait inexorablement monter les larmes aux yeux… Où se situe la limite où on essaie de se dérober… Celle où on dépasse sa peur… Ce moment où tout bascule dans sa tête…

Si j’étais profondément certaine d’avoir un penchant sadique, il est évident maintenant que c’est un penchant masochiste, sourire à celui qui vient de me gifler et ne pas avoir peur qu’il recommence.

A la fois braver et craindre, c’est tout nouveau pour moi et je n’imaginais pas en me levant ce matin là que j’apprendrai qu’une douleur puisse être aussi douce et excitante.

Je ne saurai dire combien de coups de fouets j’ai reçus, ni combien de temps tout ça a duré… Mais je sais maintenant de quels instruments je veux maintenant triompher!

Une journée fantastique sur laquelle j’aimerai avoir encore plus de recul où j’ai autant appris d’Asdrubael que de moi… Ou peut-être plus de moi…?

Share

Bondless prend un verre avec…

ritsukaHier après-midi, Bondless est sortie de son antre, de la lumière âpre de l’écran d’ordinateur pour rencontrer Gandalfo, maître de son état, œuvrant dans la même ville que moi.

BDSM autour d’un verre de Perrier pour lui, de Diabolo Kiwi pour moi.

J’avais pu choisir le cadre (j’en ai eue de la chance!), j’ai choisi un café style années folles qui existe en ville et que je fréquentais étant lycéenne.

Parce qu’on ne peut plus fumer à l’intérieur, on s’est retrouvés en extérieur… Mauvaise idée, j’avais du mal à tout entendre.

Mais peu importe, pour toutes celles ou ceux qui ont la même recherche que moi, je rappelle qu’un verre dans un lieu public, c’est ce qui reste le mieux pour faire un peu plus connaissance afin de pouvoir décider, éléments à l’appui,  si on se revoit ou si on en reste là.

Le monde du BDSM est plein de pervers sadiques le fouet à la main! :)

Alors gardons nos fesses en sécurité et bavardons!

Je ne révèlerais pas ici la teneur exacte de la discussion ou le résultat du rendez-vous, ce n’est pas le but, mais je tiens à appuyer sur la nécessité de se faire des relations dans le milieu BDSM, de discuter et faire connaissance avant d’entreprendre tout projet de relation ou relation quelle qu’en soit la teneur.

Je dirai juste que j’ai trouvé là une personne avec qui je partage des visions, des concepts et qu’il est follement agréable de passer du virtuel au réel!

Share