Posts Tagged ‘Kinbaku’

Osada Steve does Madame Butterfly

En quelques mots…
Osada Steve est un kinbakushi passé maître dans l’art des cordes qui a appris auprès de Osada Eikichi. D’origine berlinoise, il vit depuis bientôt 35 ans au Japon.

Osada Steve.com

Share

La sécurité dans le bondage

En bondage, la sécurité est primordiale; il y a donc des règles à respecter afin que la séance se déroule sans incident.

La première de ces règles est de toujours se munir d’une paire de ciseaux de sécurité. Ces ciseaux doivent être à bouts ronds pour passer entre les cordes et le modèle sans le blesser, et être suffisamment tranchants pour couper les cordes en une fois. Ils sont généralement proposés au rayon « Bondage » de vôtre boutique BDSM préférée.

La deuxième règle est d’éviter les points de compression suivants: le cou (notamment la la carotide et la jugulaire), sous les aisselles (artères brachiales), au pli du coude (artères radiales et cubitales), au pli des poignets (même si certains passages de cordes attachent les poignets, ils seront toujours suffisamment lâches pour passer aisément un doigt entre le poignet et la corde), à l’entre-jambe (artère fémorale), au pli du genou (artère tibiale) et au pli de la cheville (même remarque que pour le pli des poignets: on pourra facilement passer un doigt entre le modèle et le cordes).

La troisième règle est de s’enquérir au préalable d’éventuels problèmes de santés du modèle (mauvaise circulation, problèmes cardiaques ou respiratoire, propension aux malaises et évanouissements, etc…) et ainsi de vous adapter. vérifiez aussi que le modèle ne soit ni sur la digestion, ni ivre, ni sous l’emprise de stupéfiants ou autres substances (médicaments).

Enfin, en cas de problème, il est préférable d’avoir son brevet de secouriste, ou, à défaut, d’allonger le modèle et d’appeler les secours: le 15.

Share

La petite histoire de la grande suspension

Asdrubael et moi avons franchi le pas la semaine dernière et appris de façon autodidacte la suspension.

De nombreuses sources existent et, entre ce qu’il sait, ce qu’il a pu voir et les lois de la physique, nous nous sommes lancés après avoir pris de nombreux paramètres en compte.

La première séance a atteint le temps record d’une heure. Depuis le harnais à base de l’Ushiro Takate Kote, jusqu’au détachement.

Ce fut pénible et douloureux.

Asdrubael prenait son temps, le mien étant limité par ma douleur. Mes bras dans le dos ne sont pas du tout serrés ce qui fait que j’ai pu facilement soulager mon bras droit en le désengageant.

C’est grâce à une poutre du garage d’Asdrubael que nous avons pu tenter la chose, le dispositif a été placé, l’anneau, il m’a d’abord attachée l’épaule et puis la cuisse.

Etant donné que je suis très loin de faire 40kg, nous avons du faire face à une première difficulté, la corde autour de ma cuisse me faisait trop mal pour la suspendre.

2 essais plus tard et après avoir compris qu’il suffisait de faire davantage de tours de cordes autour de ma cuisse, vint un petit effet de vertige de ma part. A vrai dire j’avais une appréhension à me savoir suspendue.

Pour tromper l’ennemi, un tabouret m’a permis de faire la transition et enfin la cheville.

C’était réellement épique!

Le Deuxième essai de suspension s’est fait le lendemain. Nous avons pris 2 fois moins de temps et le résultat vous pouvez le voir dans la galerie « Bondage » grâce à un ami de passage qui a pris les photos!

Aah, on a bien un petit pincement au cœur en sachant que, on se trompe peut-être dans la manière de suspendre, qu’on peut faire des erreurs, qu’on ne le fait peut-être pas de façon traditionnelle, que cela pourrait être jugé dangereux… Ceci dit, ça tient et je ne souffre pas. Nous nous connaissons suffisamment nous et dans nos limites, je sais par exemple que j’en supporte bien plus que pas mal de modèles sans bouger, ni rien dire.

Je n’ai pas été suspendue à 5m du sol mais simplement de ma hauteur. A savoir que les jambes sont élevées mais pas le reste du corps. Adultes consentants et sûrs de nous, nous avons essayé avec succès!

La première fois, nous étions extatiques, presque étonnés et moi qui me disais: « Même les cochons peuvent voler! »

Je pensais alors à celui qui avait conseillé cet hiver à Asdrubael de prendre un modèle avec une morphologie davantage « comme sa femme » à lui… Je pense à ceux qui refusent de suspendre au-delà de 60kg…

Et je me dis qu’on a eu raison de faire bloc, de rester solidaires tous deux, de faire ensemble cette expérience, de ne pas céder aux sirènes de la facilité.

Nous allons nous améliorer, c’est certain…! Bientôt 1 an depuis notre premier bondage et nous voilà déjà là!

Où en serons-nous dans un an encore?!

Share

Bulletin de santé

Pour ceux qui ont suivie l’affaire (tag kiné dans le nuage), j’ai un problème d’arthrose (eh oui, à mon âge!) qui est responsable d’une douleur dans le bras droit qui est très vive et gênante pour la pratique du Kinbaku notamment dans l’Ushiro Takate Kote.

Après 30 séances de kiné folkloriques, une radio, des décontractants musculaires de plus en plus forts et des anti-douleurs, mon médecin a décidé de voir directement ce qui se passe dans mon épaule droite.

Il suit une gradation, pas par incompétence mais parce ce qu’il a à cœur de ne pas commettre d’erreur en appelant tout de suite la cavalerie si on peut régler ça autrement.

Mon docteur m’a livrée sa pensée: décalcification.

C’est la première étape avant un développement d’arthrose.

Je serais peut-être atteinte à plusieurs endroits…

Je ne l’ai pas mal prise cette suspicion, j’ai envie de savoir et qu’on trouve un plan d’action pour arranger ça ou vivre avec.

To be continued…!

Share

Cordes et savoir

Il est parfois difficile d’apprendre de nouvelles choses sur le Shibari.

C’est en japonais et si on ne le lit pas ou si on n’y comprend rien, c’est vraiment difficile!

Mais parfois il y a des gens qui prennent le temps de partager leurs traductions, qui prennent le temps de le faire.

Ainsi, sur Fetlife, il existent des groupes comme « Kinbaku », « Hojojutsu » et si ça vous intéresse davantage, des tas de groupes sur le Bondage. Juste, c’est en anglais… Là c’est rédhibitoire, ça se discute dans cette langue.

Des gens que l’on retrouve sur Fetlife ont décidé de traduire le SMpedia du japonais en anglais et ça donne: le NawaPedia.

A lire et à parcourir, je trouve cela très intéressant et très bien cette volonté de rendre les choses accessibles!

Share

Un w.end entre amoureux

Un w.end gentil et tranquille, entre repos, câlins, Kinbaku et discussions.

Quelque chose de calme, de rassurant, ce dont j’avais tout à fait besoin, l’assurance qu’Asdrubael est là pour moi… Le sourire aux lèvres de voir que cela est vrai.

C’est important je trouve, fonder en profondeur une confiance totale par ce biais, par un ralenti dans la trépidante vie, une parenthèse, une bulle.

Je sais aussi maintenant qu’Asdrubael est un Maître, enfin le mien à moi car il sait obtenir de moi ce qu’il veut. Pas par ruse ni rien d’obséquieux mais, juste parce que c’est lui, juste parce que c’est moi.

Je sais aussi ce qu’il attend de moi, que je lui offre un objet bien particulier. une bague qui aura une signification particulière pour nous deux.

Je sais où je dois aller pour la faire fabriquer, je sais aussi que je veux faire modifier le modèle original et y apporter ma patte.

Je sais à peu près le budget que je devrai y consacrer.

Mais, je ne sais pas à quel moment je dois la donner.

Le plus vite possible?

A notre anniversaire? Lequel? 25/08 ou la date du 09/09?

A une autre occasion?

Je dois réfléchir…

Share

Attachée

Être attachée  n’est pas, généralement, quelque chose de commun.

J’avais déjà évoqué ce ressenti mais maintenant que j’ai un peu plus de plomb dans l’aile, je vais tâcher de voir si je peux l’expliciter davantage.

Je l’ignore pour le Bondage anglo-saxon mais pour le japonais, étant donné qu’il n’y a pas de nœuds, la toile de cordes qui nous recouvre vibre et vit.

A chaque mouvement, à chaque respiration la corde se tend et se détend en des points stratégiques. Il y en a de volontairement stimulés et puis, il y a cette liberté que l’on peut prendre de bouger plus ou moins, de tendre un muscle, faire un pas de côté, se baisser, etc…

C’est la liberté dans le ligotage.

Ce n’est pas assez serré pour être plus que contraignant et dans mon cas, mes poignets, mes mains, font qu’en rentrant le pouce complètement à l’intérieur de la main, je peux les libérer et me libérer par la même.

Mais être attachée, ce n’est pas tellement fait pour jouer les Houdini.

On est non seulement sous l’emprise de l’attacheur et celle de la pression qui est exercée lors de passage de cordes.

Ces dernières ne font pas qu’habiller le corps, elles le sculptent et lui donnent la forme voulue et c’est bien pour cela qu’il y a des figures codifiées; pour obtenir un effet des cordes et du corps jugé esthétique.

Il n’y a donc pas que le travail de l’attacheur mais l’effet qui est donné sur le corps.

Souvent on oublie l’un ou l’autre lorsque l’on regarde un « show » ou une photo.

C’est une grave erreur à mon sens.

Qu’y-a-t’il dans la tête de l’attacheur?

Je l’ignore…

Dans la mienne à ce moment là, il n’y a plus rien.

C’est apaisant d’être maintenue, sécurisée dans un amas de cordes qui vous soutient.

Je n’ai pas pour ma part de sentiment de vulnérabilité, ce doit être parce que je fais confiance à Asdrubael. Tout ce qui pourrait suivre une figure ne serait certainement pas quelque chose que je refuse et d’ailleurs puisque nous en sommes à travailler l’Ushiro Takate Kote, souvent, la figure est défaite pour être refaite dans la foulée.

Parfois, je me sens étrange…

Parfois je me sens mal et il doit se hâter de défaire la figure à moins que je m’allonge quelques minutes avant qu’il me détache.

J’ai la chance de me connaître et lui d’avoir les signes avant-coureurs d’un malaise passager. Il a donc le temps de terminer la figure si ce n’est pas fait.

J’ai aussi eue l’opportunité récemment de tester les ciseaux de sécurité qu’il a pour couper les cordes sur un bout « en trop », je sais que ça coupe très bien même si je m’en voudrai d’arriver à une telle extrémité. Mais, c’est rassurant ça aussi, de vérifier par soi-même.

Parce qu’on ne dirait pas comme ça!

Share

Le w.end est fini…

C’est toujours un peu triste est fatiguant mais le week-en avec Asdrubael est fini et il est reparti vers une nouvelle semaine avant notre prochain w.end.

Le menu était bien celui que j’avais deviné, beaucoup de discussions, d’échanges et de Kinbaku puisqu’il ne maîtrise pas encore l’Ushiro Takate Kote.

Mes douleurs m’ont laissée tranquille sauf aux deux dernières figures mais on a pu travailler correctement, dans le calme, avec différentes cordes et plusieurs heures au final.

Nous sommes donc très contents (ça se voir pas à ma tête, je sais ^^ ) de ce w.end qui nous a permis de revenir aux sources et de se dire, vivre ce qu’il faut pour continuer à avancer, à évoluer.

Je pense que cette fois-ci on va basculer dans le « tous les w.ends », ce serait trop difficile de revenir en arrière et tellement facile de le faire.

Enfin le temps nous le dira!

Share

Ce w.end!

L’avant dernier w.end prévu avait été annulé et le dernier avait été houleux.

Le w.end qui arrive signe celui de la réconciliation. Nous allons nous retrouver et sceller par là ce qui a été dit.

Le noter dans notre carnet noir.

Et puis se parler, beaucoup, se réapproprier…

Ensuite, il y aura un travail le plus intensif possible du Kinbaku.

J’ai prévu le coup, anti-inflammatoires, anti-douleurs, pommade chauffante, je ne me laisserai pas abattre par la douleur, nous allons apprendre à la gérer sans qu’elle nous oblige à transiger dans l’apprentissage et la bonne exécution.

J’ai un mental qui me permet de me dépasser ou de me sublimer, il suffit d’y faire appel.

La douleur de ce nerf n’est qu’un signal, il ne sera que cela.

Le fait qu’il soit douloureux ne changera rien au mal, me crisper n’y changera rien non plus.

Détente et maîtrise de soi, j’en suis capable seule, j’apprendrai à Asdrubael comment le gérer chez moi.

Il ne peut pas deviner, et à vrai dire aucune personne que j’ai croisée dans ma vie n’a su me décrypter dans les méandres de mon mental. Il me faut l’expliciter et en donner les limites.

Elles sont très simples, bien plus qu’on ne pourrait l’imaginer.

Je ne suis pas vraiment quelqu’un de compliqué, je suis juste unique, comme tout le monde!

Share

Le flair légendaire de Bondless

Si j’avais moins de flair, je serais plus heureuse.

Si j’étais belle, je serais plus heureuse.

Si j’étais mince, je serais plus heureuse.

Si j’étais conne, je serais plus heureuse.

L’ambiance était étrange depuis quelques jours… Asdrubael était étrange…

J’ai eue une de mes crises épiques dans le but de tenter de trouver la vérité et je l’ai eue ce matin.

Nous avions une règle et pour la x° fois, il veut la transgresser.

Il veut faire de moi une pièce interchangeable, me délaisser pour avoir un modèle de Kinbaku disponible et valide.

Dr Phil, son prof, m’a bien dit sur Msn que le Kinbaku c’était « foutu pour moi » en regard de mon problème cervical! Il a suggéré à Asdrubael de changer de modèle pour parfaire son apprentissage à la fréquence nécessaire.

Mais où va notre belle intention de faire les choses ensemble par plaisir de le faire ensemble?

Peut-être que ce n’est que MON intention… Qu’elle n’est partagée que de moi-même…

Après m’avoir assurée qu’il partageait mon idée de rester tous les deux quoiqu’il arrive, Asdrubael m’a redemandé ce matin d’avoir un modèle plus près de chez lui.

J’ai dit oui, s’il acceptait que j’ai un Dominateur plus près de chez moi puisque c’est une compétence qu’il ne possède pas.

Échange de compétence et de proximité!

Évidemment, il a fait semblant d’accepter mais au final cette situation ne lui plairait pas.

A moi non plus puisque j’ai une idée bien particulière, une vision qui est incompatible avec des pièces interchangeables du type: « tu sais pas fouetter, je vais voir un fouetteur », il est possible d’apprendre ensemble à mon sens.

Le tout est de le vouloir.

Alors, que veux-tu Asdrubael?

A l’heure du sans engagement, du service à la personne en un claquement de doigts, du fast-huîtres, je refuse d’entrer dans ce monde-là! Je refuse d’être une pièce que l’on change parce que ça ne va pas!

Je veux être considérée comme une personne, être prise pour ce que je suis… Les qualités comme les défauts, c’est trop facile d’aimer ce qu’il y a de bien chez moi et de jeter le reste!

Je suis entière, alors ce sera à n’importe quel prix!

Vous pouvez toujours dire que c’est pas digne d’une soumise de dire tout ça mais ce que j’ai à offrir est si rare et cher que mon seul droit est de choisir à qui je le donne… Un amour inconditionnel, une fidélité sans borne, un soutien indéfectible et toutes mes capacités au service de mon Unique. Je peux tout apprendre, tout faire pour lui pourvu qu’il m’accepte moi aussi en tant qu’Unique.

Encore une lubie intellectuelle?

-Tant qu’à vivre, vivons grandement, dans l’exaltation! Ou ne vivons pas!

Share