Posts Tagged ‘Distance’

Petite fin de semaine pour nous

J’avais encore disparu, comme quoi, je ne programme pas vraiment d’articles!

Je devrais ceci dit, parce que je n’ai plus le temps de réfléchir comme avant.

Et, j’ai beau avoir un agenda, il est souvent bousculé.

Mercredi soir donc, Asdrubael est venu me voir alors que ce n’était pas prévu.

Libre de son temps à présent, il a sûrement décidé d’expérimenter cela!

Comment résumer ces journées? Ces soirées?

Déjà, on s’est calmés sur les restaurants, la fin du mois…

Ensuite, on a parlé. Parlé de la confiance.

Mon passif fait que c’est très difficile pour moi de faire confiance aveuglément; je n’ai pas été bien traitée maintes fois.

Il faut sûrement du temps et des genres de preuves.

Asdrubael est très différent, il me fait totalement confiance.

Nous avons là un décalage qu’il faut prendre au sérieux.

Nous avons des projets mais j’ai aussi des choses personnelles à réaliser avant.

Et peut-être là, mes démons seront rassasiés.

Il est la personne en qui j’ai le plus confiance, je peux tout faire pour lui mais, ma confiance ne s’avère pas être aussi totale que je le voudrais dans certains domaines. C’est triste et douloureux de le dire… Et là, plus besoin de mots, son expression voulait tout dire.

Mais, il y a de l’espoir! Parce que j’en ai envie, envie de croire. J’ai seulement encore peur et les peurs sont faites pour être annihilées!

Share

Ce w.end, pas de w.end

Je remercie la SCNF de nous proposer des voyages de 5h pour faire 150km et d’avoir ainsi remis au w.end suivant notre escapade hebdomadaire.

Un w.end difficile pour moi, un horrible sentiment de manque et de vide…

Je tolère bien en principe mais pas là, pas ce w.end.

Mon état n’est pas à même de maîtriser la moindre variation de sensations, de sentiments…

Celui d’être seule a été très (trop) présent, pesant.

Comme quoi, parfois, on ressent vraiment différemment les choses!

Share

Ce w.end, pas de w.end

Ça a commencé par moi jeudi qui n’étais pas bien alors j’ai dit à Asdrubael que ce ne serait peut-être pas marrant qu’il vienne.

Je suis parfois étrange lorsque je suis malade, je n’aime pas qu’on m’approche et grogne devant trop de sollicitude, je préfère être seule quand je me sens mal, j’ai l’impression de mieux gérer la chose.

J’ai eu raison quelque part car, j’ai réussi à stabiliser mon état avant qu’il empire en prenant tout de suite le traitement adéquat.

Un petit mal récurrent qui pris tout de suite n’a que très peu de conséquences.

Mais vendredi, samedi, j’ai dormi autant que j’ai pu pour récupérer et là encore je vais continuer car je ne me sens pas tout à fait bien.

Mais voilà que dimanche matin, peut-être par empathie, c’est Asdrubael qui est malade.

Rhume? Angine? Syndrome étrange?

Le fait est qu’il n’est pas bien.

-Comment fait-on dans ces cas-là?

On utilise un logiciel qui s’appelle Skype.

Il permet de laisser des messages instantanés et de se parler. On peut même y déclencher la webcam. Les appels d’ordinateur à ordinateur sont gratuits.

Si on est pressés, on utilise le téléphone mais Skype, ça permet de rester ensemble, faire d’autres choses, on passe un petit moment ensemble et puis on est sûrs de se retrouver puisque ce logiciel indique les appels en absence, les messages.

Bref, très pratique!

Une relation BDSM ça demande de savoir utiliser les bons outils!

Share

La relation à distance

Parce qu’il y a internet, parce qu’il y a la recherche de quelqu’un de bien particulier, on fait fi des distances et des lieux.

Cependant, on s’expose vivement au manque, à la volonté de passer toujours plus de temps ensemble, se revoir toujours plus vite, …

Je ne crois pas qu’on puisse faire de généralités mais ça incite à se rejoindre plus vite dans la même ville ou voire emménager plus vite ensemble qu’on ne l’aurait fait en temps normal.

A vrai dire après un w.end qui a duré du vendredi soir au dimanche soir, ça a un goût de « encore »…

Moi, je ne suis pas raisonnable, je ne suis pas patiente, ça donne envie de tout plaquer et de mettre dans un pétrin monstrueux pour assouvir ce besoin: être ensemble.

Moralité?

Ça me fait déprimer là… Les autres fois c’était pas pareil…

Je ne peux que constater, impuissante, à ce sentiment de manque et qu’il n’y a rien d’autre à faire que d’attendre.

Attendre et vivre normalement, pour soi.

Mais lorsque l’on n’en n’a pas vraiment envie…

C’est pas facile…

Allez petite déprime, va-t’en!

Share

De profundis clamavi ad te, Domine

icone-groupeIl faut bien avouer que je n’imaginais que cette relation BDSM/amoureuse entre Asdrubael et moi irait aussi loin et prendrait autant d’ampleur.

Suis-je dépassée par la vitesse à laquelle tout cela se déroule?

-Sans aucun doute!

Suis-je affectée par la différence d’âge?

-Parfois.

5 ans c’est pas rien, une différence de plomb dans l’aile et de sang.

Je ne me reconnais plus…

En fait je ne me connais pas!

Ce serait plus facile en version relation amoureuse simple?

-J’en ai l’impression.

Mais nos caractères dont le BDSM fait partie intégrante change toute la donne, complique et facilite.

Après il faut savoir que seuls 3 mois se sont écoulés depuis le véritable début et j’ai l’impression que ça fait une éternité.

3 ans seraient peut-être plus juste pour la datation.

Certains s’imaginent qu’on se brûle les ailes…

Ce n’est pas le contact qui nous brûle mais la distance qui nous consume.

Les projets les plus fous se forment déjà et… Et on se retient, on essaie d’agir logiquement, dans l’ordre et l’évolution des choses.

Mais est-ce que se conformer à des étapes est réellement notre façon de faire et d’être?

Share

Et la princesse…

icone-belovedEt la princesse soumise compris et finit par accepter que le sentiment de manque l’avait terrassée plus que toutes les autres choses…

Elle se laissa aller et s’enfonça inexorablement dans un sommeil qui ne laissait que peu de place à la vie et au jour, en attendant que son prince sadique vienne la sortir de sa torpeur, l’enlever, l’emmener près de lui pour ne pas tout de suite la relâcher.

Il la relâchera bien, car c’est ainsi que doit se dérouler l’histoire de deux vies à des centaines de kilomètres mais, jamais plus il ne faudra laisser le charme du manque s’insinuer entre ces deux…

La princesse masochiste devient vipère et ce n’est qu’au prix de longues tractations qu’on en arrive à la charmer.

Plus la force d’agir…

La princesse attend…

Share

Et maintenant?

icone-groupeSuite à cet article j’ai réussi à perdre dans des échanges le peu que j’avais de confiance en moi, le peu d’amour qui me faisait lever la tête fièrement.

Je finis donc en serpillère informe  incapable d’obéir, animal blessé devenu agressif envers les mains tendues.

Et maintenant?

Que vais-je faire?

Au milieu d’un champs de ruines je cherche ce que je possédais, je ne trouve rien et pleure.

Le moindre contact avec Asdrubael fait trembler la terre et fait des ruines des petits tas de cailloux.

De temps en temps, je lui en lance à la tête.

On ne se verra pas comme prévu, on n’ira pas à une soirée Fetish ensemble, il ira seul, enfin accompagné d’un ami.

Je me demande si on se reverra en fait…?

Share

Listening to you – The Who

icone-smSee me, feel me, touch me, heal me.

See me, feel me, touch me, heal me.

See me, feel me, touch me, heal me.

See me, feel me, touch me, heal me, heal me, heal me.

Listening to you I get the music.

Gazing at you I get the heat.

Following you I climb the mountain.

I get excitement at your feet!

Right behind you I see the millions.

On you I see the glory.

From you I get opinions.

From you I get the story.

Listening to you I get the music.

Gazing at you I get the heat.

Following you I climb the mountain.

I get excitement at your feet!

Right behind you I see the millions.

On you I see the glory.

From you I get opinions.

From you I get the story.

Listening to you I get the music.

Gazing at you I get the heat.

Following you I climb the mountain.

I get excitement at your feet!

Right behind you I see the millions.

On you I see the glory.

From you I get opinions.

From you I get the story.

Ohhhhh, listening to you I get the music.

Gazing at you I get the heat.

Following you I climb the mountain.

I get excitement at your feet!

Right behind you I see the millions.

On you I see the glory.

From you I get opinions.

From you I get the story.

Listening to you!

Share

Comme une tonne de briques…

iconeB Zhang Xianliang dit:  Les douleurs physiques sont plus supportables que celles de l’âme.

Depuis un mois je n’ai de cesse de recevoir des coups de fouets à l’âme et puis ce sont des parpaings et enfin une tonne de briques.

Asdrubael, il fait pas exprès, il est pas doué, il est jeune,  il a pas fait attention et il y a toutes les excuses du monde mais à force s’est créée une brèche et c’est là qu’à chaque fois ça fait mal.

Une soumise c’est censé être le bien le plus précieux d’un maître et quasiment tous les jours une chose où une autre, une remarque, un profil, un écrit, s’insinue dans la brèche et me blesse.

J’en arrive au point de vouloir me confier mais, à qui d’autre qu’à mon blog?

Le seul qui m’écoute et ne me fait aucun mal…

Alors voilà mon cher blog, ça fait mal aux fesses de tomber des nues, j’aimerai bien rester assise par terre pour pas tomber plus bas…

A longueur d’années je n’ai même plus de larmes pour pleurer et exprimer ma détresse, elle est enfermée là, dans ma poitrine et elle irradie… J’ai des vertiges, la douleur connaît trop bien les points faibles de mon corps et il ne me reste plus qu’à m’allonger et pourquoi pas avec le temps me transformer en statue de poussière…

Share

Epilation totale et relation à distance

icone-jeuS’il y a une chose peu pratique c’est bien lorsqu’il faut faire coïncider rendez-vous et un corps lisse!

Ce n’est pas le cas de tous les maîtres mais il est fréquent que l’on vous demande d’être « lisse ».

Ça signifie une épilation traditionnelle: jambes, aisselles, maillot + sexe et éventuellement bras (ça me travaille en ce moment ces poils là).

Au départ, j’étais rétive, avoir un « minou de petite fille » c’est quand même d’un certain degré de perversité de prime abord!

Mais, ça n’a en fait rien à voir, enlever le poil ce n’est pas enlever la féminité mais discipliner le côté « sauvage », facilité l’accès à la vulve et pouvoir d’un coup d’œil laisser admirer tout ce qu’elle peut gonfler, s’ouvrir, luire.

C’est être encore plus nue que nue et étrangement habillée du regard de son dominant.

Au fur et à mesure j’ai épilé de plus en plus jusqu’à tout épiler la première fois pour faire plaisir à Asdrubael.

J’avais bien comme règle de ne plus porter de sous-vêtements en sa présence mais je me suis aperçue qu’avoir le sexe épilé rend insupportable la moindre petite culotte.

Sensation curieuse au début, je m’y suis complètement faite et c’est l’inverse que je ne supporte plus: la repousse du poil!!

Toute femme sait qu’il faut attendre que le poil ait quelques millimètres pour pouvoir le retirer à la cire et même avec les cires les plus performantes on est obligée d’en passer par là.

Je ne supporte plus ce moment de la repousse du poil… Ça m’énerve!!!

Et d’autant plus que je dois faire coïncider mes épilations 3 jours avant nos rendez-vous pour être présentable. Ce qui au final rend la chose très compliquée…

Le 23 de ce mois, j’ai été prévenue, mon épilation doit être parfaite!

Et comme nous nous verrons quelques jours avant et que là aussi je dois l’être, je crois que je vais avoir recours à un instrument que je déteste: le rasoir.

Ou peut-être pas, l’espoir fait vivre!

Share