Posts Tagged ‘Collier’

Poignets attachés au collier

Voici un nouveau bondage pour attacher les poignets au collier (comme dans histoire d’O, et même le collier est le même^^)

Voici donc le bondage au collier.

Soit dit en passant, ce bondage peut aussi servir de baillons.

Share

La cérémonie de la rose

icone-ABIl existe dans le BDSM une cérémonie tout à fait officielle et codifiée.

Elle survit notamment grâce aux accrocs du protocole et s’avère de plus en plus rare… Du moins ça ne se dit pas!

Alors voici comment c’est raconté; c’est comme les légendes on sait plus d’où ça vient ni qui a écrit ça. Je pense que pour ceux qui s’y retrouvent, c’est très bien mais comme tout à chacun pratique son BDSM, je pense que tout à chacun doit avoir ses rites et cérémonies!

Voici donc ce qui circule:

La cérémonie de la rose

Le style de vie formel BDSM est rempli de traditions et de cérémonies dont « le monde extérieur » est rarement témoin. L’une des plus significatives est sans doute le « rituel de liaison » ou « Cérémonie des roses ». Cette cérémonie trouve sa source dans le symbolisme et le mystique qui remontent à des siècles. Voici une courte description de ce qu’elle implique et signifie.

Une Obligation Éternelle

Un couple qui a décidé de demeurer ensemble pour la durée de leurs vies et au-delà optera souvent pour ce rituel comme représentation symbolique de leur engagement éternel. Il est parfois employé pour renforcer un rapport qui est passé par un temps difficile et a survécu à l’essai. Il y a beaucoup de variations et les couples choisissent souvent d’ajouter leur propre empreinte au rituel pour le faire uniquement leur.

La cérémonie n’est jamais publique. Le plus souvent seulement le couple et un ou deux de leurs amis les plus proches sont présents. La docile tient une rose blanche, pas tout à fait en pleine floraison, le Dominant une rose rouge qui est ouverte presque entièrement. Les deux roses doivent avoir des épines sur leurs tiges et être fraîchement coupées. Pour exécuter deux autres parties de ce rituel, une chaîne d’environ 3 mètres est également exigée ainsi qu’au moins deux bougies.

La docile qui porte une robe toute simple et son collier, tient sa rose blanche et se lève. Son dominant tenant, lui, sa rose rouge, lui ôte son collier. Il le passe rapidement à la flamme d’une bougie et le remet à son cou. Tandis qu’ il l’attache solidement, il lui fait la déclaration qu’il la protégera et guidera pour toute l’éternité.

Avec une des épines de la tige de sa rose rouge, il pique le majeur de la docile laissant deux gouttes de sang tomber sur les pétales blancs de sa rose à elle. Elle lui offre alors les épines de sa rose et il pique son propre doigt. Il laisse tomber deux gouttes de son propre sang sur la rose blanche. Une goutte tombe sur un pétale et l’autre sur son sang à elle. Les deux pressent alors leurs doigts l’un contre l’autre et font leurs voeux d’engagement mutuel et éternel par les liens de leur sang.

Leurs témoins ou amis prennent alors la chaîne, la passent rapidement à la flamme de la bougie et l’enroulent autour du couple qui répète ses vœux d’être lié par les âmes pour l’éternité. Ils unissent leurs roses, laissant ainsi le sang sur celle de la soumise toucher le sang de celle du Dominant. Enfin, ils échangent leurs roses.

Les roses sont placées dans un vase et plus tard, elles seront amenées dans leur chambre pour être comme un rappel pour eux de leur nouvelle obligation cette nuit tandis que leurs corps s’uniront.

Le lendemain matin, en parlant de leurs rêves et de leurs espoirs pour leur vie commune, ils enlèvent les pétales des roses qu’ils placent dans un récipient précieux.

Lors du décès de l’un ou de l’autre, une partie de ces pétales est enterrée avec le ( la) disparu(e).

La chaîne sera précieusement gardée par l’un des proches qui l’emploiera s’il le veut pour sa propre cérémonie.

Le Symbolisme indiqué

La signification des roses :

La rose blanche, pas encore en pleine floraison, symbolise la soumission. La couleur représente la pureté du cadeau de la soumise, total et absolu. La rose rouge, presque entièrement ouverte, signifie la Domination. Le rouge représente pour le Dominant sa passion et le désir de protéger à tout prix sa soumise, bien qu’il puisse exiger d’elle de verser son sang pour qu’il en soit ainsi. La rose est presque en pleine floraison pour symboliser qu’il est prêt et assez mûr pour accepter les responsabilités qu’il revendique.


La signification de passer au collier dans les flammes :

Dans des périodes plus anciennes, le collier alors de métal était d’abord chauffé puis plongé dans l’eau froide pour qu’il ait été brûlé puis lavé et donc débarrassé de toutes les impuretés. Cette action symbolise aujourd’hui la mise à l’écart de toutes les « pollutions » du cercle de vie du couple. Toutes les influences de l’extérieur sont brûlées par la chaleur du désir du Dominant de protéger et défendre sa docile..

La signification du sang :

La piqûre du doigt de la docile est symbolique de virginité. La femme se donne complètement à son Dominant. Les gouttes de sang sur la rose blanche signifient la même chose.

En piquant son propre doigt, le Dominant montre sa volonté de verser son sang pour la protéger et la défendre en tant que sa propriété. La goutte qui tombe sur son sang à elle le recouvre et se mélange avec lui, indiquant de ce fait leur union.

La pression des blessures des épines permet à leur sang de se mélanger, les unissant aussi fortement que leurs propres liens de famille. Ils sont maintenant de la même chair et du même sang.

Échanger les roses est symbolique de leur offrande mutuelle.

La signification de la chaîne :

La chaîne est une série de maillons qui représentent tous les événements qui les ont amenés à être unis. Chacun s’enclenche avec les autres pour former la chaîne. Le passage par la flamme symbolise la purification de tous les actes de leur vie passée et présente. Toutes les mauvaises choses sont brûlées dans l’oubli et seulement les bonnes restent en mémoire. L’encerclement des deux protagonistes par cette chaîne donne une image visuelle de l’union de deux âmes en une seule.

Cette chaîne n’est ensuite plus jamais employée sinon pour une cérémonie semblable par la personne amie qui était présente et qui reçoit cette chaîne comme cadeau.

La signification des pétales :

Le mélange des pétales signifie le mélange de leurs vies. Les couples les maintiennent souvent dans une fiole décorative, une fois que les pétales ont séché complètement. Après la mort de l’un(e) des deux, une partie de ces pétales est placée avec son corps pour montrer l’engagement qui se prolongera au delà de la tombe. Beaucoup de légendes racontent que des roses ont pris naissance sur les tombes des couples qui ont aimé tellement fort pendant leur vie terrestre que même dans la mort leur amour éternel renaît sous forme de roses qui fleurissent encore sur les sépultures.

Share

Où trouver un collier?

icone-collierIl est assez courant que cette question soit posée: « Mais où trouver un chouette collier pour ma soumise? »

Tout dépend de votre recherche mais si c’est un signe discret, n’importe qu’elle bijouterie fera l’affaire!

Si vous voulez un bijoux exceptionnel, je vous suggère Cartier et sa collection Love qui se ferme à l’aide d’un tournevis et qui se décline en tout ce qu’on peut imaginer comme bague, bracelet, collier, etc…

Si vous souhaitez un premier collier en cuir avec sa laisse dans des prix très abordables, je vous conseille de vous rendre en animalerie muni de la mesure du tour de cou de votre soumise (lui emprunter un collier usuel peut servir de référence).

Enfin, vous pouvez tout aussi bien faire le tour de quelques sites BDSM qui proposent ce genre d’articles, colliers, bagues, etc…

Axmar, Démonia sont des exemples offrant une certaine diversité.

Vous pouvez aussi en trouver d’autres en tapant les mots clefs « Boutique BDSM » dans votre moteur de recherche préféré!

Share

Dans la rue…

icone-collierLe soir-même où j’ai reçu mon collier, il avait été décidé que nous irions au restaurant et sortirions par la suite, profiter des autres plaisirs qu’une ville comme Toulouse peut offrir à deux âmes complices qui viennent de poser les bases d’une relation toute nouvelle.

Il était drôle de voir que tout à chacun avait à cœur de s’apprêter… Pour moi, après cette journée à jouer, à prendre autant de douleur que de plaisir, tout était à refaire; le maquillage, la coiffure et puis auparavant, me rafraîchir un peu.

Je ne sais plus à quel moment Asdrubael me dit: « Tu mets ton collier?! » et moi de répondre « Comme tu veux ».

Afin de ne pas dénoter davantage que cela, j’ai noirci mon maquillage, ébouriffé un peu mes cheveux, j’étais déjà en noir et vue ma tenue composée d’un corset, d’un chemisier de style japonisant, d’un pantalon (eh oui, j’étais prête à assumer les gifles qu’il faudrait pour ce choix!) et de chaussures à lanières aux chevilles, un collier en cuir noir riveté métallisé ne jurerait absolument pas!

D’autant que mes autres bijoux sont en argent.

Dans la voiture c’était facile, bien que la rigidité d’un collier neuf blesse légèrement la peau sans l’entamer ou même la faire rougir. La tête haute par cette contrainte m’oblige même à me tenir droite!

Dans la rue, je n’ai pas cherché le regard des gens, l’examen du trottoir m’absorbait complètement, les femmes se souviendront là que talons et pavés n’ont jamais fait bon ménage!

Au restaurant, tous les regards que j’ai pu croiser étaient souriants mais là non plus, je n’ai pas tellement cherché à voir de réaction préférant plonger mon regard alternativement entre les yeux de mon Maître et mon assiette.

Globalement il me semble que ce collier n’a été perçu par les autres que comme un « bijoux » un peu original.

Par la suite, nous avons retrouvé Mr Vice dans un bar à Chicha.

Là, je me suis vénérée d’avoir tout de même mis un pantalon, s’assoir et se lever presque par terre avec un corset c’est déjà suffisamment compliqué sans avoir en plus à veiller à ne point tout dévoiler jusqu’à sa conscience!

Là non plus le collier n’a pas fait grande impression, regardé à la dérobée mais sans plus.

Il a été considéré comme une originalité probablement. Je pense que personne n’a saisi le véritable sens du port de celui-ci.

Entre deux bars et le retour, deux passants ont tout de même eu un regard insistant. Il n’était pas question d’un regard outré, ni curieux mais je les ai plutôt perçus comme cherchant à détailler la chose.

Est-ce qu’en l’exposant ainsi mon collier a perdu de sa signification?

Non, en fin de compte, pour moi, qu’il soit là ou pas, c’est la même chose. Ça ne reste qu’un symbole, un message disant que je ne m’appartiens plus, qu’il faut en référer à un autre que moi, à celui que j’ai choisi.

En fin de compte, j’aurais aimé qu’il y ait des réactions davantage visibles, j’étais à l’aise moi-même mais, je cherchais tout de même les regards, preuve que moi je n’oubliais pas ce collier.

Mais notre comportement l’un vis à vis de l’autre se passait bien finalement d’un tel signe d’attachement, aucun doute sur la nature d’au moins un des liens qui nous animait.

Share

Mon collier

icone-collierJe me suis absentée deux jours pour un évènement tout à fait particulier; c’est hier en après-midi que j’ai répondu à une question posée déjà  il y a 15 jours.

Oui, je veux être ta soumise, nous donner ce premier symbole d’engagement que nous pourrons considérer comme un point de départ sur tout ce qu’il y a à apprendre l’un de l’autre.

C’est une promesse que l’on s’est faite; celle qui nous permet de nous rassurer et d’aller de l’avant.

Il est entendu que tout à chacun sera honnête, que le but commun sera de tendre vers une volonté non seulement de faire de notre mieux mais aussi d’apprendre à être « meilleurs »: de plus en plus nous-mêmes! De s’entraider dans cette découverte…

En vérité, il n’a pas fallu beaucoup de mots…

Je savais ce qui m’attendait même si j’ignorais comment cela allait se dérouler exactement.

Assise, nue, j’ai attendu qu’Asdrubael revienne avec dans les mains un coussin sur lequel reposait un collier.

Ce n’est pas un bijou, ce n’est pas un collier de chatte mais un collier de chienne en cuir avec un anneau.

Il n’a fallu que quelque phrases pour qu’il me rappelle tout ce que signifiait d’accepter ce collier et que j’ai consigné dans un carnet que je lui ai remis…

Si au début j’ai pu franchement et intelligiblement prononcer mes « oui » afin  signifier mon consentement en le regardant, au fur et à mesure, ma voix s’est dérobée et j’essayais de reprendre tant bien que mal mes acquiescements d’un mouvement de tête, par la voix.

Non pas que ma volonté était entamée, j’ai juste été submergée par l’émotion et j’étais contente de ne plus avoir rien à dire à part relever mes cheveux et tendre le cou pour qu’Asdrubael l’attache.

Rien à voir avec un collier léger, le cuir était plutôt dur et l’anneau froid au premier contact.

Un peu plus tard, mon collier a été ôté pour un aspect pratique, dès qu’Asdrubael a tourné les yeux, j’ai mordu dans le cuir du collier, de toutes mes forces, à plusieurs reprises… Le mien, à moi, je l’ai marqué de mes dents pour qu’il ne puisse jamais être à personne d’autre.

Avec quelques heures de recul, avoir participé et accompli cet acte, c’ est un soulagement qui m’a valu des larmes, sans bien savoir pourquoi sur l’instant.

Ce n’est plus rêver sa vie mais vivre son rêve…

Share

La remise du collier

icone-collierAprès un article parlant du collier, puis un autre faisant état de cette partie du corps qui le reçoit: le cou, il me semble que c’est le moment de dire de quelle manière un cou nu se retrouve paré d’un collier dans le folklore BDSM.

J’utilise le mot « folklore » pour appuyer sur le fait qu’il n’y a pas une seule et unique façon de vivre le BDSM mais que chacun a ses propres règles, codes et rites.

C’est donc simplement à titre d’exemple ou pour faire part de mon expérience que je vais faire une généralité.

Je vais employer les termes désignant la personne dominante au masculin et la personne soumise au féminin puisque c’est le cas de figure dans lequel je me trouve et que cela évitera d’alourdir le texte.

Lorsque qu’un duo ou couple consent à se lier, à signifier officiellement leur statut, devenir par exemple Maître et soumise, la personne dominante aura à cœur d’organiser un moment particulier dont le but sera de remettre et attacher un collier à la soumise.

Que ce soit un collier symbolique (de type bijoux qui peut être porté en toute circonstance) ou un collier privé (qui ne sera porté que lors des moments BDSM) ou encore les deux, il va sans dire qu’il s’agit là d’un premier engagement qui exprime la volonté mutuelle de se lier et de chercher à progresser ensemble.

Cela signifie généralement que le Maître aura en charge de veiller au bien-être physique tant que psychologique de sa soumise et de toujours veiller à son intégrité. Que cette personne lui appartient; c’est donc une responsabilité.

Pour la soumise cela suggère de se remettre entre les mains de son Maître, d’assurer l’obéissance ou du moins l’acceptation de tout ce qu’il pourra lui demander; un don de soi en toute confiance.

Il est évident que tout à chacun peut accompagner cette remise de collier d’un contrat (et j’en parlerai plus tard) définissant plus ou moins clairement, précisément la relation qui s’en suivra mais, cela n’a rien d’obligatoire.

Concrètement, dans ce que j’ai pu voir, faire, ou vivre c’est un évènement qui a toujours été privé. La personne soumise à genoux écoutant son dominant qui lui rappelle dans les grandes lignes le contrat tacite qui existait déjà plus ou moins auparavant mais qui là, prend un caractère officiel, une référence, une certitude sur laquelle on pourra s’appuyer en cas de doute ou de désaccord.

Le Maître demande le consentement de sa soumise à chaque point. Si cette dernière les accepte tous, il lui demande généralement par la suite de résumer ou répéter avec ses propres mots afin de vérifier si elle a bien compris ce à quoi elle s’engageait.

Le dominant demande alors à sa soumise de tendre son cou, de relever ses cheveux le cas échéant puis lui met son collier autour du cou.

Lorsqu’elle relève la tête, la soumise ne s’appartient plus et devient le bien le plus précieux de son Maître.

Après cela, c’est un moment privilégier à partager à deux, une fête!

A tout à chacun de voir comment il a envie de célébrer cet attachement, c’est aussi bien prendre un verre que de rester lovés l’un contre l’autre ou le moment d’étrenner un nouvel accessoire ou encore quelque chose de connu!

Ce n’est pas à moi de vous dire comment vous amuser alors je m’arrêterais là ;)

Share

Le cou: haut-lieu fantasmatique du BDSM

icone-collierParce que j’ai traité du collier, il me semble essentiel de parler de ce qui est en son centre, à savoir le cou/ la nuque.

N’avez-vous jamais constaté à quel point votre Maître caresse, embrasse cet endroit, y laisse nonchalamment la main et à quel point il lui est plaisant de l’orner d’un collier et le cas échéant d’y accrocher une laisse; prolongement de l’emprise qu’il a sur cette partie de votre physique.
Telle l’alliance au doigt de l’épousée, le symbole est très fort, donnant priorité à ce qui est au centre du cercle.

Biologiquement parlant, le cou est l’élément qui permet de relier la tête au corps. (Bien mademoiselle de La Palisse!).
Grossièrement: muscles permettant de bouger et de maintenir la tête, système vasculaire pour l’afflux du sang, système nerveux.

C’est un lieu de vie et de mort. Une main sur la gorge peut tout aussi bien effectuer un effleurement, une pression agréable ou mortelle et cela se voit dans certains jeux lié au contrôle de la respiration.
Quelqu’un qui porte la main à votre gorge détient alors ce pouvoir.

Sa symbolique fait aussi état de la communication de l’âme (tête) avec le terrestre (corps).
Une tribu d’indiens du Brésil considèrerait que le cou est le siège de l’âme animale de l’homme, toute la faune y passe d’ailleurs!
S’agirait-il alors de dompter l’animal en chacun sous cet angle?!

C’est dans la poésie que le cou trouve sa sensualité, sa beauté, et nombre d’écrivains l’ont célébré.
Le cou, c’est la proximité de la gorge désignant en vérité la poitrine et ce que l’on peut y entrevoir comme merveilles.
Sa teinte, l’aspect de la peau, permettent de deviner et imaginer les seins et la demoiselle qui rejette la tête en arrière que ce soit dans une rire ou un soupir, offre ainsi son cou, dans le but de charmer son amant, et c’est comme si elle offrait son buste où se trouve son cœur et donc son corps.

Je sais bien que les choses sont rarement faites au hasard mais l’inconscient veille au grain…
Un geste si simple vers un cou, c’est une prise de pouvoir d’un côté pile, et un abandon du côté face.
Refuser ce geste, quelle que soit l’intention, c’est refuser de s’offrir.

Et voilà comment de petits comportements orientent inexorablement une relation BDSM!

Sources:

Wikipedia,

Le dictionnaire des symboles de J. Chevalier et A. Gheerbrant,

Mes souvenirs poétiques,personnels et mes constatations.

Share

Le collier

icone-collierComposante importante dans le folklore BDSM, le collier est un cadeau du/de la Dominant(e) au/à la dominé(e); du Maître à sa soumise.
Son but est de signifier de manière visible ou non l’appartenance de la soumise à son Maître et c’est donc elle qui en porte la marque, qui est ainsi « attachée » à son Dominant.
Ce dernier ne porte que peu souvent un signe distinctif puisque le signe le plus visible est la soumise qui se tient près de lui.

Bien entendu, libre à chacun de se créer ses propres codes. Ainsi le collier peut prendre la forme d’un bracelet, d’une bague, d’une chaîne de cheville ou tout autre ornement du corps.

Certains colliers sont des chaînes fines associées à un pendentif, sur lequel on peut faire graver le nom de la soumise, le nom du Maître, un numéro de téléphone ou toute identification que le Dominant trouvera utile d’y faire figurer ou encore un petit tube en métal qui se dévisse, contenant ces informations.

Nous avons donc là un parallèle avec les colliers que l’on peut mettre sur nos animaux.
Une propriété ainsi visible aux yeux de tous et qui veut aussi dire: « Ne me prenez pas, j’appartiens à quelqu’un! », qui informe par la même tout autre Dominant que cette soumise appartient à un Maître, qu’elle doit le lui désigner si le nouveau venu le souhaite.
Ce principe du médaillon/pendentif peut être adapté sur les bracelets et autre bijoux qui entourent une partie du corps.
Car, l’idée est là: être lié.

D’autres colliers sont de cuir ou en métal rigide et bien plus solide qu’une chaîne fine. Ils ont aussi une utilité autre que le symbole de possession et ont un design proche des colliers pour animaux. Un anneau à l’opposé de la fermeture est riveté afin de pouvoir y accrocher une laisse, un maillon ou mousqueton pour attacher la soumise par ce collier à tout ce que l’on peut imaginer.

C’est de cette manière que la personne soumise donne dans une attitude et une symbolique forte, sa liberté, qu’elle se confie entre les mains de celui qu’elle a choisi.

Le collier peut donc tout aussi bien être un accessoire de jeu qu’une image symbolisant l’appartenance de la soumise à son Maître.

Il est très souvent dit d’une personne soumise et sans Maître ou Maîtresse qu’il/elle est un(e) chien(ne) sans collier.
Le collier définit donc par essence le fait d’être engagé dans une relation particulière, à l’image d’une alliance au doigt des époux, c’est aussi l’idée du cercle qui est à retenir, la soumise se trouvant ainsi au centre de celui-ci, ni commencement ni fin, c’est un symbole éternel et stable.
Sans parler du parallèle à la sexualité qui est évident et fait référence aux organes.

Certains auront à cœur de très vite se lier à leur propriété et le collier rentrera vite en ligne de compte, une fois les premiers accords sur les activités BDSM définis ou encore à la signature d’un contrat.
Pour d’autres c’est quelque chose qui ne viendra qu’à la fin d’une éducation, comme récompense.
Pour d’autres encore, cela viendra à un moment fort de la relation, pour valider un pallier mais non pas encore un résultat définitif.
C’est donc à la discrétion de chacun, il n’y a pas de règles dans le domaine.

D’un côté c’est très rassurant, savoir que l’on appartient à quelqu’un, qu’il y a un objet qui signifie ce qui n’était alors dit uniquement par des mots.
De l’autre côté, c’est un peu inquiétant car il y aura la responsabilité inhérente à l’acceptation dudit collier: toujours lui faire honneur.

Il est à mon sens incontestable que la présence d’un tel objet sur soi a un pouvoir, celui de savoir se rappeler à notre bon souvenir à chaque mouvement.
Et c’est là le dernier point: le collier est là pour rappeler à la soumise sa promesse, sa position, sa place et c’est la réciproque pour le Maître qui le contemple.

Share