Posts Tagged ‘★ Bondless’

Qui sommes-nous aujourd’hui?

librarian-with-falling-books-by-gil-elvgrenIl me semblait important de dire qui nous sommes aujourd’hui.

☆ Asdrubael, 28 ans, un temps dominateur mais surtout sadique.

A débuté le Kinbaku en 2009 après un bref passage par le Bondage dit anglo-saxon, d’où les tutoriaux dans ces deux domaines. La passion ne l’a jamais quitté.

Après avoir cherché sa voie professionnellement, il pense à étudier l’Histoire du Japon.

Il est aussi passionné par les fouets.

 

☆ Bondless, 33 ans, un temps dominatrice, un temps soumise, entre chatte et chienne je me définis aujourd’hui comme switch sans être certaine que ce soit la bonne formulation pour l’instant. Je crois simplement qu’on se soumet toujours à plus « fort » que soi et qu’on a toujours des soumis à soi.

J’étudie les Arts Plastiques d’où ma recherche esthétique dans le Bondage qui me passionne mais, je me positionne davantage dans la version anglo-saxonne du genre.

Nous sommes donc un couple de tricoteurs depuis 5 ans et tenons ce blog avec plus ou moins de régularité depuis août 2009.

Personne ne porte plus la culotte, nous faisons front ensemble dans une relation interdépendante affranchie des contraintes du BDSM où chacun se sent libre d’être lui-même.

Share

Toulouse Munch

L’association Toulouse Munch fondée par nous et proposant des dîner-débats sur Toulouse est officiellement fermée.

Pourquoi?

-Tout simplement parce que le fonctionnement de ce groupuscule ne nécessitait en fait pas une structure aussi lourde que celle d’une association.

Les BDSMeurs toulousains sont des électrons libres qui n’aiment pas la routine, comme tout le monde! Et fidéliser ou tenter de fidéliser n’était pas une bonne idée!

Le site Toulouse-Munch existe toujours et prendra dans le futur un air communautaire; par ce biais seront toujours organisés des débats, des dîners ou encore des soirées mais il ne sera plus nécessaire d’adhérer pour y participer.

Bref, rien ne change vraiment si ce n’est la forme sachant que si nous sommes, Asdrubael et moi, en Midi-Pyrénées, nous ne sommes pour autant pas localisés à Toulouse, ce qui complique les choses.

Nous nous affranchissons donc tous des difficultés pour ne garder que le meilleur!

Share

Nous avons un appartement!

C’est arrivé très vite après la sortie de l’hôpital d’Asdrubael, nous avons eue une réponse positive pour un logement, un grand T2 qui nous a plut.

Tout s’est fait très rapidement et après nôtre réponse positive du 13/01, nous avions les clefs le 14!

L’état des lieux se fait le 18, nous avons déjà lancés les premiers abonnements usuels, téléphoniques, etc…

Très ensoleillé, je pense que nous allons griller cet été mais nous préparons le coup avec l’achat d’électroménager destiné à nous préparer des cocktails rafraîchissants à déguguster sur nôtre petite terrasse.

Quelques meubles sont manquants et ils seront achetés dans la foulée, nous passons nos journées à regarder dans les magasins, les catalogues, à réfléchir aux meilleurs aménagements possibles notamment de la cuisine qui va nécessiter quelques travaux.

Bref, nous voyons un réel emménagement sous 2 semaines; Asrubael et Bondless vont vivre ensemble!

Share

Fetish party de Tout-Y-Faut!

Comme prévu, le 12, nous nous sommes rendus à cette soirée!

Nous sommes venus avec un couple d’amis, ce qui a permis un relais de conducteurs pour les 3h30 de route qui séparent Toulouse de Tout-Y-Faut près de Saintes.

Arrivés dans les temps nous avons eu le temps de passer à l’hôtel pour nous changer, ce fût épique de régler mon corset, une fois de plus dira-t’on mais là, c’est le must. Mon corset Dèmonia est très joli mais on a bataillé pour le lacer à ma convenance, normal, c’est la première fois que je le portais pour de vrai alors, maintenant, je ne touche plus aux lacets!

J’avais ensuite une longue jupe un fond rouge sur un tulle noir pour un effet moiré.

Asdrubael lui aussi avait mis son nouveau haut en cuir et son traditionnel pantalon en cuir.

Après nous être habillés, en route pour l’Élixir! Il nous fallait encore une petite demi-heure pour y arriver.

Nous avons été comme d’habitude très bien reçu, le cocktail de bienvenue puis le buffet.

Difficile de manger vraiment avec mon corset, mais bon… Il est si joli!

Enfin, la partie la plus intéressante: la soirée en elle-même.

J’ai effectué quelques bondage simples comme le Karada afin de montrer et expliquer et même appris à faire cette figure à quelques personnes.

On m’a même demandé si je comptais finir la soirée nue, l’appareil photo à la main mais, j’ai rétorqué que « non, désolée,  j’étais la soumise la plus habillée de France et de Navarre! »

IL y avaient quelques libertins dans le lot je crois bien!

Asdrubael a commencé fort avec une suspension sur l’homme du couple ami mais, ça a été la tuile: il a fait un malaise; il a fallu couper des cordes. Ça a été plus de peur que de mal, en 5mn il était sur pieds, frais comme un gardon; ça a tout de même été un coup dur pour Asdrubael, c’est la première fois qu’une suspension se passe « mal ».

Il a fallu faire contre mauvaise fortune bon cœur et reprendre confiance, Asdrubael a terminée sa soirée par un Ushiro Takate Kote à l’envers sur moi.

Globalement, c’était une bonne soirée même si nous commençons à être bien échaudés des soirées BDSM. Notre couple d’amis semble lui s’être bien amusé!

Share

Essayages pour le défilé Dèmonia

Le 2 novembre, nous nous sommes rendus à la boutique Dèmonia afin de faire des essayages en vue de participer au défilé qui aura lieu le 9 décembre 2010 à la Machine, à Paris; ce sera la nuit Dèmonia.

Nous avons été très bien reçu par l’équipe dont Miguel qui nous a tout de suite reconnus et nous a expliqué toutes les modalités concernant le défilé. Il a très gentiment répondu à toutes nos interrogations et nous avons pu filer dans les rayons à la recherche de tenues que nous pourrions présenter sur le podium.

Asdrubael a d’ailleurs très vite trouvée une tenue en cuir.

Pour ma part, si j’ai très vite trouvé un bas (une longue jupe vinyle fendue des deux côtés avec un lacet rouge sur la droite), j’ai un peu galéré pour trouver un haut; il n’y avait pas ma taille dans ce qui m’aurait plu jusqu’à ce que je tombe sur un amour de corset!

Une taille en dessous de ma taille normale, je tente quand même et… il me va à ravir!

Il prend les hanches et moule avantageusement les formes.

Très contents de nos trouvailles, nous avons tous deux flashé sur nos hauts et les avons même achetés!

Nous devrons être à la Machine très tôt le jour du défilé, j’espère que je ne serai pas fatiguée…

Rendez-vous le 9 à Paris!

Share

La soirée de trop

Pour Halloween, nous avions décidé de nous rendre à la soirée spéciale Halloween de Cris & Chuchotements.

La 3° soirée que nous enchaînions était celle de trop. Trop de fatigue, trop de soirées…

Nous n’avons donc absolument pas profité du buffet de bonbons, des softs gratuits pour les gens déguisés.

Asdrubael a fait 2 bondages je crois, moi, rien du tout. Je me suis juste posée dans une chaise avec un verre et j’ai comaté…

Je regrette que nous nous ayons gâchée cette soirée pour laquelle nous nous étions tant préparés…

Mais, on n’oublie trop vite que nous avons aussi nos propres limites…

Share

Soirée FIP 5 ans + Halloween

Nous nous sommes donc rendus ici le 30, à la soirée Fetish In Paris spéciale Halloween et pour fêter leur 5 ans.

Comme l’indique le titre, c’est une soirée fetish où le look prime sur tout le reste.

Un loft avait été réservé pour l’occasion, l’étage où se déroulait la plupart des choses (projections d’images sur des murs, bar avec cocktail de bienvenue, performance) et le sous-sol qui servait de fumoir.

Nous étions un peu intimidés au début car loin des soirées BDSM, une soirée fetish a ses propres codes.

Nous avons donc simplement commencé par un petit bondage dans le fumoir et l’organisateur est venu nous trouver pour nous dire de nous étendre et nous lâcher puisque son shibariste ne viendrait pas.

Nous avons donc Asdrubael et moi chacun attrapé un modèle, posé pour des photos puisqu’un photographe était là exprès pour!

Et puis lorsque nous nous sommes lassés de faire des bondages, nous sommes repartis.

C’était une soirée sympathique mais très loin du monde que nous fréquentons d’habitude. Nous nous sentions pas trop à nôtre place… Cependant, je crois qu’il faut savoir parfois sortir de son contexte pour en voir d’autres et s’ouvrir aux différentes sphères.

Share

Et comment il était ce goûter?

Vendredi dernier, nous avons décidé de nous rendre aux Goûters du Divin Marquis.

Nous sommes arrivés vers 16h.

C’est une petite porte avec une petite plaque à laquelle il faut sonner, on vient vous ouvrir.

Là, on tombe sur un comptoir, il faut donner son nom pour la petite fiche « boissons » et si vous devez vous changer, vous devez le faire devant le comptoir.

Heureusement pour moi, une fois mon châle enlevé, j’étais prête! Juste mes barrettes « oreilles de chat » et mon collier à mettre.

On vous invite ensuite à descendre un escalier tout de rouge vêtu et vous tombez sur un salon à l’ancienne mode plein de fauteuils, de petites tables avec des bougies et une coupelle contenant divers chocolats.

Il y a aussi le bar avec un petit goûter fait de biscuits, bonbons et choux.

De la il y a plusieurs salles accessibles depuis un couloir ou un escalier en colimaçon le cas échéant.

Certaines pièces sont pourvues de fenêtres afin que l’on puisse regarder ce qu’il s’y passe.

Il y a aussi l’hôtesse des lieux, très prévenante.

Nous avons commencé dans le salon, par du bondage, il y avait peu de monde alors nous avons pu utiliser un point de suspension.

Puis au fur et à mesure, la cave voûtée s’est remplie et nous avons décidé de gagner l’étage.

J’ai effectué plusieurs bondages, Asdrubael a effectué plusieurs suspensions bref, nous avons partagé nos savoirs afin de faire découvrir le shibari.

Le goûter s’est terminé vers 21h et nous sommes allés dans un restaurant japonais puis, nous sommes rentrés, fourbus!

Share

Soirée Frissons d’automne

Nous avons donc assisté à la soirée donnée par Maîtresse Shanna: Frissons d’automne.

Asdrubael avait enfin opté pour une chemise bleue, un gilet en cuir noir, un pantalon de cuir noir aussi. Moi, je ne savais pas alors, il a choisi: ma tenue rose et noire version chaton avec les barrettes oreilles de chat. Pas vraiment dans le thème alors je l’ai justifié d’une phrase: « Aux premiers frissons de l’automne, les chatons rentrent à la maison! ».

A nôtre arrivée, comme d’habitude maintenant je peux dire, nous avons été très bien accueillis, les manteaux enlevés on nous a conduits dans la salle principale afin de prendre un rafraîchissement le temps que tous les invités arrivent.

Chez Maîtresse Shanna, il y a toujours des esclaves ou serviteurs, ce qui fait que l’on n’est jamais perdu, ni en attente!

Petit moment de malaise à se retrouver face à des gens que l’on ne connaît pas, nous avons trouvé des têtes connues alors, ça s’est vite réchauffé.

Un buffet digne de ce nom avait été dressé et nous attentait alors que nous enfilions masques feuillus et capes noires. Les dominants assis, les soumis entrent un par un pour se présenter et saluer.

A la fin ce ceci, j’ai du prendre la parole à la demande de Maîtresse Shanna puis d’Asdrubael concernant nôtre projet d’association BDSM.

Je ne m’y attendais pas, après avoir commencé franchement avec un débit de parole correct, le trou… Le blanc, j’ai réussi à m’en dépatouiller cependant.

Et puis est venu le temps de se restaurer: foie gras, charcuteries, fromages, vins, etc…

Une fois le buffet terminé, nôtre hôtesse nous a proposé de nous amuser.

Asdrubael avait l’intention de bondager plusieurs personnes, j’ai tenté de passer le temps en faisant quelques mini-bondages et en m’occupant un peu d’un homme-femelle.

Asdrubael m’a ensuite complètement oubliée, livrée à moi-même, j’ai pu constater que tout à chacun assouvissait ses pulsions, ses fantasmes dans toutes les salles disponibles, je crois que tout le monde s’est amusé. Des photos ont été prises, je ne crois pas qu’il y en aura de moi, je n’ai rien fait, participé à peu.

Le bondage monte à la tête d’Asdrubael, il en oublie tout, même moi. Et moi, je ne souffre pas qu’on m’oublie.

Cela m’a néanmoins permis de discuter, de fumer, de boire, bref de m’occuper. De temps en temps je venais replier les cordes, apporter une paire de ciseaux.

Je n’ai même pas eu droit au premier bondage. Pourtant, je n’avais rien fait de mal je crois…

Le premier bondage, c’est comme la première danse… J’ai tenté de faire contre mauvaise fortune bon cœur mais il faut avouer que de mon côté, jouer sans Asdrubael, ça ne m’intéresse pas.

Lui, jouer sans moi, il n’a aucun problème…

Je crois qu’on a un souci…

Pour en revenir à la soirée, elle a terminée sur des douceurs et du Champagne, on peut dire que c’était une soirée très réussie, malgré un bémol tout personnel…!

Share

Bondless malade

J’ai le droit de le dire?

Qui ne dit mot consent!

-Le temps de Toulouse est vraiment pourri!

Je suis malade, je ne sers à rien, je suis fatiguée et je traîne mes mouchoirs.

Asdrubael n’est pas très bien aussi, c’est qu’avant hier soir nous avons marché, tellement marché sous la pluie, nous étions trempés, nos chapeaux respectifs dégouttaient tellement c’était le déluge.

Un détour au Lounge pour retrouver des amis, nous avons fini dans un délicieux restaurant vietnamien.

La fin de la soirée s’est faite de cordes…

Et me voilà « punie »!

Share