Pas le cœur d’écrire…

Pas le cœur à écrire en ce moment ou à discourir sur les idées BDSM…

Ce blog est aussi fait pour moi, pour me confier alors voilà: Asdrubael est hospitalisé depuis une semaine. Sa vie n’est pas en danger mais, je ne m’étalerai pas sur ce sujet que je considère comme privé.

Depuis une semaine, c’est difficile pour lui et aussi pour moi. Nous sommes séparés et c’est impossible de bien se sentir l’un sans l’autre. A présent, nous sommes bien trop attachés et dépendants pour pouvoir vivre l’un sans l’autre.

Depuis une semaine, c’est la survie et le calvaire qui ne cessera qu’en fin de semaine. Jeudi ou vendredi nous nous retrouverons… Compliqué d’avoir une date précise pour l’instant.

Asdrubael va mal c’est un fait mais moi, je déprime complètement et j’en suis tombée malade. Comme une plante sans lumière je dépéris doucement mais sûrement.

Je ne sais pas si Asdrubael sera très content que je me déverse ainsi sur mon blog mais, ça fait mal… J’ai mal et j’ai besoin de le dire.

Je ne compte plus les larmes… Une flaque, un ruisseau, une rivière… Rien ne m’intéresse plus qu’Asdrubael. Que de savoir comment il va, d’attendre ses appels, de lui envoyer des messages. Dire que j’avais été choquée du prix de son téléphone portable mais il nous permet aujourd’hui de communiquer à la fois par internet et plus simplement par téléphone.

Entre ces moments, je ne fais plus rien, plus l’envie ni le goût de rien. Je fais ce qu’il faut faire et c’est tout.

Une relation comme la nôtre a ses dangers et ses limites et nous flirtons là avec la déprime.

Tant pis, si c’est le prix à payer pour d’autres moments!

Share

Tags: , ,

3 Réponses à “Pas le cœur d’écrire…”

  1. Dame KYSKA dit :

    je comprends votre peine Bondless car quand l’amour est aussi que le votre tout est multiplier. Mais sacher que vos retrouvialles en sera encore plus intense. je vie excatement les meme douleurs quand je suis loin de mon maris soumis. Mais quel délice dès que je me retrouve dans ses bras.
    Courage
    Dame Kyska

  2. Fil d'Ariane dit :

    Je comprends ton désarroi mais vous allez vous retrouver bientôt pour revivre le meilleur et retrouver l’air dont vous avez besoin pour vous épanouir l’un avec l’autre.
    Ne pers pas de vue la lueur de l’espoir que fait naitre les jours qui passent en vous rapprochant…

Répondre