Archive for octobre, 2009

This is Halloween!

icone-halloween

-Allo Ween?

Ici trouille!

Share

Les usages de Bondless

icone-collierC’est très vague et mensonger, je trouve, de simplement dire lordsque je me présente: « Soumise ».

Je n’ai pas que cet usage!

Et il me semble que les qualités de chacune ne jamais tant mises en exergue que cela.

J’ai envie de lister mes usages, ce à quoi je sers aujourd’hui… On verra plus tard si je sers toujours à la même chose ou non!

  • « Modèle » de Kinbaku/Bondage
  • Blogueuse
  • Confidente
  • Amante
  • Amie
  • Soumise
  • Masochiste
  • Petite amie
  • Pom-Pom girl
  • Porteuse de petites courses
  • Critique
  • Rangeuse
  • Partenaire de jeux en tous genres
  • Secrétaire
  • Chanteuse
  • Tagueuse de feuilles de papier

Je ne pense pas avoir oublié grand chose…

Sachant que certains de mes talents ne sont pas encore utilisés, il y a de la marge dans mon évolution!

Mais une chose est évidente pour moi, soumise, ça va pas comme mot pour me définir je trouve…

Je suis… Bondless!

Share

Un dimanche avec…

icone-AB… son Maître!

Jour 3

Eh bien c’est un jour où on se repose, où le fouet est plus tendre, un jour où on fait un réveil et une sieste crapuleuse.

Une journée douce où on prend son temps, où on refait sa mise sans être pressée par l’horaire, un jour où on s’habille, se déshabille.

Un dimanche de repos suite à un week-end mouvementé, un jour où le Kinbaku se fait plus fantaisiste!

Un jour de complicité où assise à table on se laisse servir par son Sadique, les yeux pleins d’admiration, de promesses et de rappels, de choses à prévoir pour la prochaine fois, de discussions, de film en fond d’ambiance, de corps mêlés et entremêlés au point qu’il est difficile de les détacher.

C’est dimanche soir, il faut repartir!

Moi, ‘faut me pousser sinon je ne repartirais jamais…

Heureusement qu’il y en a de plus courageux que moi!

Des dimanche comme celui-là c’est agréable quand on est épuisés mais je n’en voudrais pas si j’avais eue de l’énergie à revendre!

Un dimanche au fouet à peine mordant, un bondage qui glisse sur la cuisse et se défait à cet endroit, je n’en voudrais pas tous les jours.

Mais ce dimanche là, c’était bien, c’était utile pour se connaître et se rapprocher davantage encore… C’était utile pour que je comprenne que je ne pourrais jamais lutter contre le manque et qu’il fallait accepter certaines situations… Prendre patience…

Et qu’heureusement que les emplois du temps et les kilomètres nous séparent parce que nous irions bien trop vite.

Ce temps et cette distance sont nos garde-fous!

Share

Bondless revient…

icone-collier… à Toulouse en compagnie d’Asdrubael et de Mr Vice dans un nouveau road movie qui a débuté vers midi après une douche et après avoir quitté l’hôtel, après que mon Maître m’ait remis mon collier en cuir autour du cou qui s’est assoupli, comme par magie, à force de le porter.

Jour 2

Je grimpe sans la moindre honte à l’arrière, c’est ma place et je m’étale voluptueusement, me servant de mon long manteau comme d’une couverture…

Les doms ont toujours chauds, moi j’ai plutôt froid alors je prévois toujours de quoi ne pas être frigorifiée!

Plusieurs arrêts, plusieurs sommeils interrompus pour moi, quelques massages pour Asdrubael…

Et vers 16h, nous voici à Toulouse, après quelques arrangements, il est décidé que nous passerons la soirée tous les trois chez mon Sadique.

De verres non alcoolisés en cigarettes, nous dînons et là, c’est le drame!

Voilà qu’on me « prête » à Mr Vice le temps d’une fessée ou deux, voilà qu’Asdrubael me punit ensuite de m’être « vengée »: les mains appuyées sur le rebord du plan de travail dans la cuisine, jambes écartées, deux fessées de chaque côté, douloureuses sur cet endroit toujours très froid chez moi…

On ne fesse pas Mr Vice même pour rigoler… D’accord… Mais je risque d’oublier!!

Deux doms contre une soumise c’est pas du jeu!

Et puis de jeu, nous sommes passés à une petite séance de Kinbaku, partage de connaissances, j’ai subi 4 Ushiro takate kote et petit challenge pour moi: me libérer sur la première phase qui consiste à lier les mains.

Je sais complètement rentrer mes pouces et presque mes auriculaires sous le reste de ma main et j’arrive donc à jouer les Houdini!

Ça a été drôle de les voir dépités mais, pour le reste de la figure, c’est plus complexe de se libérer, j’y suis pourtant arrivée!

C’était juste pour rire, et j’ai aussi su reprendre mon sérieux en tant que modèle.

Être entre amis/amants c’est une chose, participer à un échange de connaissances en est une autre!

Et puis il y a eues des variantes, liant les jambes.

Pour cette séance j’étais habillée, tous deux ont constaté que ça n’avait rien de pratique… J’imagine qu’il va falloir enlever 2-3 choses la prochaine fois.

La conclusion de tout cela?

Il va falloir que je récupère ma souplesse d’antan; être modèle pour kinbaku demande un minimum de bonne condition physique et je peux franchement m’améliorer sur le sujet.

Comme mon collier, je dois m’assouplir!

Share

Bondless va en soirée fetish avec…

FETISHPARTY…Asdrubael et Mr Vice!

Jour 1

La sortie était prévue depuis longtemps mais mes faiblesses avaient remises en question ma venue.

Au final Asdrubael a su me dire les mots qu’il faut pour que le jeudi à 23h30 je décide de raccrocher afin de préparer ma valise et de prendre le premier train pour Toulouse le lendemain matin afin de rejoindre notre point de départ qui devrait nous mener à Tout-y-faut, village plus ou moins entre Niort et Saintes.

4h de route pour arriver à l’hôtel et se préparer, Asdrubael et Mr Vice se passent le volant, moi j’ai l’arrière pour moi toute seule, avec pour seule tâche de faire passer à l’avant quelques rafraîchissements ou de quoi les sustenter.

Je me suis endormie, naturellement, j’avais dormi 5h la veille pour arriver le plus tôt possible chez Asdrubael et sceller notre réconciliation indéfectible.

Nous sommes arrivés avec presque une heure de retard, car nous avions sous-estimé la distance entre l’hôtel et le club.

A la descente de la voiture ce fût l’exercice de serrage de mon corset bis… Je ne suis pas tout à fait au point sur la question.

Je dois dire que j’ai gardé dans la tenue un côté Domina Old School: corset, boléro, jupe longue mais fendue, bas résilles et escarpins à lacer autour de la cheville; dress code noir.

Nous étions d’ailleurs seulement deux en version longue, la plupart des demoiselles étant simplement en short ou micro-jupe ou rien encore; j’ai trouvé ça vulgaire et d’un incontestable manque d’originalité.

Bref regard sur les lieux, on nous met le cocktail de bienvenue dans les mains, pas mal du tout et tout à fait bienvenu après cette route.

Asdrubael ne boit pas, je bois pour lui.

Nous passons ensuite au buffet dînatoire qui bien qu’intéressant fût un peu long à mon goût.

Tout était prévu de l’entrée au café.

J’ai encore été la seule à boire.

Le lieu était agréable en soi, une mini-galerie photo improvisée, une mini-boutique dans le même ton, un petit boudoir pour se rectifier, une salle lounge, une sale collé/serré et un donjon.

Nous avons assisté aux performances qui étaient promises sur le flyer et j’ai même participé à fouetter un soumis de Claudia Cuir lorsqu’elle a proposé à la cantonade de venir s’en charger, c’est mon Maître qui m’a fait lever la main.

Les autres hésitaient alors ça m’a encore plus poussée à y aller; moi la soumise plus courageuse que les autres et une Maîtresse s’est jointe à moi à la demande plus insistante.

J’ai choisi le martinet, elle la cravache… Mauvais choix, ce soumis a fini la fesse de mon côté bien rouge ainsi que le dos.

J’ai aimé?

-Oui sans aucun doute!

Mais, je n’ai eu aucun contact avec ce soumis, aucune tendresse et même aucune envie de lui demander si ça allait, il était un objet et devait encaisser.

Il paraît qu’au début j’avais l’air gênée mais qu’à la fin c’était bien… Pas étonnant… Les réminiscences… Je voyais bien les autres s’écarter quand je me suis déchaînée à lui en faire trembler les jambes!

Plus tard, j’ai laissé Asdrubael avec Mr Vice faire quelques bondages et suis allée seule faire le tour, voir qui m’approcherait.

Ça ne coupe pas, les travestis n’ont pas peur de venir me parler!

Alors j’ai discuté, bu des verres, fumé et attendu que mon Bondageur ait fini ses jeux de cordes… Seulement j’avais omis le fait que mon absence l’ait troublé et… Il n’était pas du tout à ce qu’il faisait apparemment puisque j’ai pu voir par la suite une corde sur une femme se détacher, et lui très mécontent de ses performances.

Nos hôtes, dont Claudia Cuir, ont été forts avenants et cela est toujours agréables lorsque l’on est traité de cette manière!

Mais les différentes performances ont peut-être laissé les autres participants trop spectateurs et du coup très passifs.

La soirée était agréable mais très différente de ce que j’avais connu dans le passé, je suis encore curieuse de voir ce que d’autres soirées, dans d’autres contexte ou lieux peuvent donner en 2009/2010!

Pour la suite, nous sommes rentrés à l’hôtel et ce qui s’est passé ensuite n’est connu que de 3 personnes!

Finalement, au lieu de nous pousser à connaître mieux ou rencontrer d’autres personnes, cette soirée a plutôt servie à créer et resserrer des liens dans un trio, amical sur la première corde et un duo plus amoureux encore ouvrant une possibilité de confiance accrue et donc une kyrielle d’aventures en perspective!

Share

De retour!

icone-collierDécidée jeudi soir à 23h30 pour partir le lendemain matin à 8h30 rejoindre mon Maître, partir à 16h pour rejoindre le lieu d’une soirée fetish et revenir à Toulouse 24h après, faire modèle pour un cours improvisé de shibari et passer tout plein de temps avec mon sadique pour ne revenir qu’hier soir à 22h chez moi.

Voilà en résumé le contenu de ces journées où j’étais absente, je détaillerai mais je dois me remettre un peu avant…

Quelques mots: j’aime mon Maître, j’aime mon Collier, j’aime être à ma place!

Share

Non en fait, la princesse n’attend pas!

icone-smC’est complètement has been d’attendre!

Alors j’attends pas, je boucle mon sac, je me remets du vernis Ballerina (167 – Chanel) et je prends le premier train demain matin qui me mènera à mon Sadique.

Comme prévu le soir nous iront à une soirée Fetish et nous passerons le week-end ensemble!

On a besoin l’un de l’autre et il n’y a que de cette manière que nous saurons l’effet exact du manque et des retrouvailles…

Absence donc jusque lundi!

Share

Et la princesse…

icone-belovedEt la princesse soumise compris et finit par accepter que le sentiment de manque l’avait terrassée plus que toutes les autres choses…

Elle se laissa aller et s’enfonça inexorablement dans un sommeil qui ne laissait que peu de place à la vie et au jour, en attendant que son prince sadique vienne la sortir de sa torpeur, l’enlever, l’emmener près de lui pour ne pas tout de suite la relâcher.

Il la relâchera bien, car c’est ainsi que doit se dérouler l’histoire de deux vies à des centaines de kilomètres mais, jamais plus il ne faudra laisser le charme du manque s’insinuer entre ces deux…

La princesse masochiste devient vipère et ce n’est qu’au prix de longues tractations qu’on en arrive à la charmer.

Plus la force d’agir…

La princesse attend…

Share

Et maintenant?

icone-groupeSuite à cet article j’ai réussi à perdre dans des échanges le peu que j’avais de confiance en moi, le peu d’amour qui me faisait lever la tête fièrement.

Je finis donc en serpillère informe  incapable d’obéir, animal blessé devenu agressif envers les mains tendues.

Et maintenant?

Que vais-je faire?

Au milieu d’un champs de ruines je cherche ce que je possédais, je ne trouve rien et pleure.

Le moindre contact avec Asdrubael fait trembler la terre et fait des ruines des petits tas de cailloux.

De temps en temps, je lui en lance à la tête.

On ne se verra pas comme prévu, on n’ira pas à une soirée Fetish ensemble, il ira seul, enfin accompagné d’un ami.

Je me demande si on se reverra en fait…?

Share

Listening to you – The Who

icone-smSee me, feel me, touch me, heal me.

See me, feel me, touch me, heal me.

See me, feel me, touch me, heal me.

See me, feel me, touch me, heal me, heal me, heal me.

Listening to you I get the music.

Gazing at you I get the heat.

Following you I climb the mountain.

I get excitement at your feet!

Right behind you I see the millions.

On you I see the glory.

From you I get opinions.

From you I get the story.

Listening to you I get the music.

Gazing at you I get the heat.

Following you I climb the mountain.

I get excitement at your feet!

Right behind you I see the millions.

On you I see the glory.

From you I get opinions.

From you I get the story.

Listening to you I get the music.

Gazing at you I get the heat.

Following you I climb the mountain.

I get excitement at your feet!

Right behind you I see the millions.

On you I see the glory.

From you I get opinions.

From you I get the story.

Ohhhhh, listening to you I get the music.

Gazing at you I get the heat.

Following you I climb the mountain.

I get excitement at your feet!

Right behind you I see the millions.

On you I see the glory.

From you I get opinions.

From you I get the story.

Listening to you!

Share